Blog

L’actus
du Pro Bono

CV de parent : de l'expérience et des compétences

(2/3) Retour sur le programme Pro Bono Explorers Parentalité et la variété des compétences liées à la parentalité, avec Véronique d’Estaintot, spécialiste en psychologie de la décision et fondatrice d’Au fil de vos choix, une des intervenantes.

▷ Auteure : Véronique d’Estaintot, spécialiste en psychologie de la décision, Fondatrice d’Au fil de vos choix

(2/3) Pro Bono Lab a organisé, en 2019, un Pro Bono Explorers Parentalité pour mieux explorer les compétences des parents, en partenariat avec Allianz Partners. Ce programme a été mené avec Véronique d’Estaintot, spécialiste en psychologie de la décision et fondatrice d’Au fil de vos choix. Elle partage avec nous son retour sur la première journée de ce programme, qui a fait apparaître toute la richesse des compétences liées à la parentalité.

La parentalité comme une expérience à valoriser

Partant du présupposé que des compétences développées hors champ professionnel peuvent être mobilisées au profit d’une structure à finalité sociale, Pro Bono Lab s’est intéressé à la question des compétences liées à la vie de parent. Un sujet qui a fait « tilt » quand nous l’avons évoqué avec Marine Pichon, responsable des programmes et de l’évaluation d’impact chez Pro Bono Lab !

En effet, voilà plusieurs années que j’explore la question et que je formalise progressivement le fruit de mes observations personnelles et de mes travaux, en vue de faire reconnaître la vie de parent comme une expérience qui permet de développer de multiples compétences.

Quand on fait l’inventaire de leurs compétences avec les personnes que j’accompagne, elles ont tendance évoquer uniquement celles qui sont liées à leur vie professionnelle. Aussi, quelle joie de voir l’étincelle dans leur regard quand elles prennent conscience de toutes les compétences qu’elles ont pu développer en dehors de leur sphère professionnelle, y compris dans leur vie de parent !

Une expérimentation en deux étapes.

Nous avons donc décidé de construire une expérimentation, en partenariat avec Allianz Partners, pour explorer les compétences de parent et tester leur transférabilité via une mission pro bono au profit d’un projet associatif.

Ce programme a été proposé à une équipe de salariés-parents du Mans, pour la plupart des chargés d’assistance téléphonique ayant des responsabilités opérationnelles. Il a été structuré en deux étapes : une première, destinée à identifier les compétences développées dans le cadre de la vie de parent ; une seconde, centrée sur le traitement d’une problématique à résoudre par une association, en mobilisant ces compétences.

Au cours de la première journée, des activités individuelles et des travaux de groupe ont fait émerger progressivement les multiples compétences développées ou renforcées par l’expérience de la parentalité. Il est vite apparu que ces compétences étaient aussi sollicitées très fréquemment dans la vie professionnelle !

Vie de parent : des conditions d’apprentissage idéales.

Simultanément, les participants ont été invités à porter leur attention sur l’expérience de la parentalité et les caractéristiques de la vie de parent qui en font une situation d’apprentissage idéale. Les responsabilités parentales conduisent les parents à exercer nombre d’activités de façon répétée, dans la durée, en devant s’adapter à des conditions qui varient et en recevant la plupart du temps un feedback immédiat. Constamment dans l’action et dans l’expérimentation, ils apprennent à agir dans une situation et un contexte donnés, en mobilisant et en combinant des ressources internes et externes de façon efficace - ce qui est le propre du processus de développement des compétences. De plus, leur entraînement se poursuit sans relâche, au fil de l’évolution de leur enfant et des péripéties familiales : ils sont donc perpétuellement en formation et ne cessent d’avoir à se remettre en question et d’apprendre à apprendre !

Un large éventail de compétences et des motifs d’étonnement.

Avant d’évoquer plus précisément les compétences identifiées, je vous propose de répondre aux questions suivantes :

1) D’après vous, quelles sont les compétences liées à la vie de parent ?

2) Pensez-vous que les parents développent tous les mêmes compétences ?

3) Dans votre environnement professionnel, y a-t-il des compétences que vous retrouvez plus fréquemment chez ceux qui sont parents ?

Il est impossible de rendre compte ici de l’ensemble des compétences évoquées au cours de cette journée, mais vous trouverez peut-être quelque écho à vos réponses dans les résultats qui sont présentés ici.

Au palmarès des compétences citées par le groupe figurent le sens de l’organisation, l’adaptabilité et la capacité à désamorcer un conflit. Parmi les compétences mentionnées, certaines varient selon les personnes : esprit critique, force de conviction, capacité à déléguer, à anticiper, à poser un cadre… Face à l’étendue du spectre des compétences liées à leur vie de parent, plusieurs participants ont manifesté leur étonnement : « Finalement, on pourrait tous être managers ! » a conclu l’un d’eux en fin de journée. « Je n’avais pas réalisé à quel point ma vie de parent avait contribué à développer ma créativité ! » s’est exclamée une collaboratrice, tandis qu’une autre remarquait : « C’est curieux, l’organisation, on ne s’en rend plus compte tellement c’est devenu naturel ! » Ces diverses réflexions soulignent un enjeu supplémentaire de ce travail d’identification réalisé ensemble : prendre conscience de ses compétences de parent, être capable de les nommer et de les caractériser, c’est valorisant et cela permet de se projeter vers de nouveaux horizons !

On voit donc que l’éventail des compétences mentionnées est large. En réalité, cette diversité n’a rien d’étonnant : la vie de parent est faite de situations qui se ressemblent et de vécus qui peuvent être partagés ; mais chaque enfant est différent, et chaque parent aussi ! Les façons de faire sont multiples, selon les ressources de chacun et les circonstances. L’apprentissage est là, certaines compétences sont communes, mais la « description de poste » n’est pas figée et, au final, chaque parent exerce son rôle avec les compétences qui lui sont propres.

Un référentiel pour que les compétences de parent soient mieux reconnues ?

Quelle approche adopter pour mieux faire reconnaître ces compétences liées à la vie de parent ? La question n’est pas simple. Certains participants ont conclu en fin de journée qu’ils avaient au préalable déjà conscience des compétences développées en tant que parent. Soit. Pour autant, auraient-ils été capables de les nommer précisément avant cette journée ? Cette affirmation n’est-elle pas plutôt la conséquence d’un biais rétrospectif, cette tendance naturelle à considérer, a posteriori, comme évidents et parfaitement prévisibles des événements qu’en réalité, on n’était pas en mesure d’anticiper ?

En effet, si l’existence et la nature de ces compétences sont à ce point évidentes, alors comment expliquer qu’elles ne soient pas évoquées de façon explicite dans un cadre professionnel ? Que faudrait-il pour les faire valoir sur le plan professionnel ? Peut-on se contenter d’auto-déclarations ou bien serait-il souhaitable de constituer un référentiel de compétences ?

Il n’est pas certain que cette dernière option soit une bonne approche : être parent est une expérience particulière, qui démarre sans pré-requis spécifique en termes de compétences et qui autorise une grande variété de comportements pour résoudre des problèmes similaires. Certes, les activités qu’elle conduit à exercer favorisent le développement rapide de compétences techniques et comportementales, qu’il est possible de recenser. Mais l’établissement d’un référentiel de compétences requiert de partir d’un métier ou d’un poste et de lister les compétences nécessaires pour pouvoir les exercer, ce qui n’est pas adapté à l’expérience de la parentalité.

De plus, qui dit référentiel, dit norme, comparaison, évaluation, ce qui introduit une notion de performance, voire une vision compétitive du monde. Or les parents d’aujourd’hui n’ont déjà que trop tendance à culpabiliser et à vouloir être parfaits : inutile de leur ajouter une pression supplémentaire !

La voie du pro bono…

Pour identifier les contributions respectives de la parentalité et des autres sphères de vie au développement des compétences, une étude approfondie reste nécessaire.

En attendant, c’est la voie du pro bono qui a été retenue dans notre expérimentation pour mettre en évidence l’intérêt professionnel des compétences liées à la parentalité : au cours de la seconde journée, il sera proposé aux participants de mobiliser celles-ci pour accompagner une association autour d’une problématique spécifique… Souligner la transférabilité des compétences liées à la parentalité, c’est aussi une façon de les valoriser !


▷ Visuel : Gosia Herba pour Quartz at Work
▷ Auteure : Véronique d’Estaintot, spécialiste en psychologie de la décision, Fondatrice d’Au fil de vos choix

Rejoignez la communauté !

Rejoignez-nous
dès maintenant

Des questions ? Envie d'en savoir plus sur nos actions ?
Contactez nous !